laurentjauffret

Désir d’avenir : le design qui tue

In marketing on 15 septembre 2009 at 23 h 35 mi

Desirdavenir

La mise en ligne du nouveau site Désir d’avenir est sans doute sur le point de devenir un cas d’école pour illustrer quelques lois (d’airain) de la communication politique et de la communication sur le web.

Le design est (bien toujours) un puissant vecteur d’image. A l’heure où les sites tendent de plus en plus vers des modèles communs, ou les webdesigners les plus pointus mettent leur production à la portée de tous, l’absence de professionnalisme est un exotisme qui saute au visage du moindre internaute.

Depuis quelques heures ce 15 septembre (mais jusqu’à quand ?), le site Désir d’avenir  présente une page d’accueil qui évoque à la fois la Corée du Nord, les raéliens ou le minitel suivant les sources. Au ringard s’ajoute la note cheap puisque l’image de fond, la prairie sur fond de ciel nuageux, a été très vite identifiée comme un fond d’écran gratuit de windows vista.
Aux questions esthétiques se sont ajoutés des problèmes techniques (liens inactifs, site saturé, vidéo pixelisée), transformant le happening médiatique de Ségolène Royal en chemin de croix.

La rumeur sur internet s’est également alimentée à partir de Marianne2 ou l’Express , donnant le prix de la refonte du site ou expliquant le rôle joué par le compagnon de Ségolène Royal dans l’opération.

Le lynchage a eu finalement lieu sur twitter avec le sujet #desirdavenir qui a inspiré les commentateurs jusqu’à la cruauté même si ces excès peuvent être drôles.

Le message vidéo, la fameuse déclaration solennelle a été largement passé sous silence et son contenu rendu inaudible par les sarcasmes. Pour les internautes, la messe semble dite et Ségolène Royal passée du coté des loosers.

Demain est un autre jour et des politiques se sont relevé de coups plus durs. Le ridicule ne tue pas et la faute de goût non plus… A voir ? – A suivre

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :