laurentjauffret

Objet : laurent, I need you in the game – signé : President Barack Obama

In marketing on 13 octobre 2010 at 18 h 35 mi

J’ai reçu un mail de Barack Obama avant-hier et depuis cet été, j’ai reçu une soixantaine de mails de la part de Mitch Stewart, directeur de Organizing for America (OFA), de Jeremy Bird (Deputy Director), de Melissa DeRosa (New York State Director) mais aussi de David Plouffe, John Lewis, Joe Biden, Michelle Obama, et enfin Marianne Markowitz la Chief Financial Officer pour Obama for America.
Il ne s’agit pas d’une campagne de Spams mais bien de messages auxquels j’ai librement consenti afin de mieux observer la première puissance mondiale de marketing politique dans ses œuvres.

Voici un petit tableau récapitulant ces mails :

Chacun de ces mails véhicule un message pour le fellow grassroots supporter que je suis depuis mon inscription sur le site MyBO.org lors de la campagne des présidentielles. J’avais un peu menti sur mon adresse à l’époque car le zipcode de Lyon 6ème n’étant pas reconnu, j’avais dû mettre celui de New York pour compléter mon inscription.

Depuis, je suis donc aux premières loges d’une présidence qui a mis le militant de base au centre de sa stratégie de communication politique.
Voici un extrait de message que j’ai traduit en tentant de rester fidèle à un style très direct mais qui ne recule pas devant certaines figures de rhétorique complexes.

laurent —

I come into this election with clear eyes.
Je me prépare pour cette élection avec lucidité
Je suis fier de ce que nous avons accompli ensemble mais je suis pleinement conscient de tout ce qui reste à faire.
Je sais que certains sont frustrés par le rythme de nos avancés. Je veux que vous le sachiez : je le suis aussi.
Mais l’enjeu de cette élection est tel que j’ai besoin de tout le monde dans la partie
[…]
Les groupes de pression constitués par certains intérêts « très » particuliers ont multiplié les obstacles au changement. Ils veulent maintenant prendre le contrôle du congrès avec leurs alliés conservateurs. Avec l’aide de milliardaires et des grands lobbies, ils financent en sous-main leurs campagnes d’opinion.

S’ils réussissent, il ne se contenteront pas de nous compliquer la tache, ils s’emploieront à défaire tout ce que nous avons déjà eu tant de mal à faire.

Voir la version originale et intégrale

Dans ce message comme dans TOUS les messages de Organizing for America, figure un appel aux dons

Please donate $3 or more — and see who wants you to re-commit to this movement.

C’est parfois le principal objet du mail, les montants demandés sont compris entre 3 et 30 dollars ou plus.

D’autres mails visent à expliquer certains enjeux de la campagne, mobiliser pour une réunion publique, faire du porte-à-porte, du phoning.
Des instructions très précises sont données, sur le sens des actions, la stratégie de campagne. Les briefs vidéos de David Plouffe donnent le sentiment de faire partie de l’État major de campagne.

En réalité, toutes les actions sont extrêmement cadrées, les discours à tenir lors des séances de porte-à-porte ou de phoning sont pré-écrits sans que l’initiative individuelle soit sollicitée. Il reste que cela témoigne d’une belle confiance puisque les fichiers d’électeurs sont mis à disposition et mis à jour par des militants via internet comme en témoigne cette capture d’écran.


Enfin, l’émulation entre les militants est encouragée. Le vocabulaire est sportif plutôt que guerrier (mais souvent les deux ne font qu’un) et chaque militant cultive son image au sein du réseau social en décrochant des badges façon foursquare (sur ce point je m’avance car je n’en ai aucun).

Vu de France, la machine électorale paraît efficace comme jamais. Les outils sont en place et la mobilisation générale est lancée. Derrière chacun de ces messages, on perçoit le travail très professionnel d’équipes de rédacteurs concepteurs, de graphistes, de réalisateurs vidéo, webmasters et autres community managers. La partie visible est le fait de salariés mais l’efficacité dépend des bénévoles pour qui cet outil est conçu. Répondront-ils présents aux appels d’Obama ? Suffiront-ils à inverser la tendance de cette élection où les sondages prédisent une déroute démocrate ?
Réponse dans les prochaines semaines en suivant la campagne. Ce site en reparlera et un netvibes à cette adresse peut vous aider à suivre le match.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :